la boutique est ouverte du jeudi au samedi ✣ mais vous pouvez faire vos emplettes tous les jours sur notre boutique en ligne!
Matière à discussion 2019 | Blanc
$31.00

Domaine du Nival

Matière à discussion 2019 | Blanc

* Maximum de 1 bouteille par personne.
Disponible pour CUEILLETTE SEULEMENT à la boutique.

Cultivé sur les coteaux de la Yamaska à St-Louis (Montérégie).

Vin blanc 2019
Macération carbonique à chaud durant 7 jours avec soutirage des jus suivi d’un décuvage et d’un pressurage.
Débourbage statique léger puis fermentation sur levures indigènes en fûts de chêne neutres à une température maximale de 21°C.
Le vin a complété naturellement sa fermentation malolactique.
Élevage de 9 mois effectué en fûts neutres et sur lies grossières avec quelques légers bâtonnages.
Mise en bouteille sans filtration ni collage.
Cépage: 100% Vidal
9,4% alc./vol

Pour plus d'informations, consultez la fiche technique.

• • •


quelques notes...
Sur ce millésime particulièrement frais, les raisins ont été travaillés en macération carbonique afin de réduire l'acidité du vin et d'apporter plus de matière en bouche. Ce travail de vinification apporte une signature distinctive, qu'on note entre autres à la robe nettement plus dorée, voire presque cuivrée, que sur les millésimes précédents.
Dès l'ouverture, de jolies bulles fines s'échappent et font monter un bouquet aromatique nettement plus exotique qu'à l'habitude. 
En bouche, c'est rond avec une acidité bien balancée et une légère amertume en finale qui vous donne envie de prendre une deuxième gorgée avant même de poser le verre. Bien sec, malgré une impression de sucrosité, et avec à peine 10% d'alcool, c'est le genre de vin qu'on voudra ouvrir sur la terrasse pour profiter des premiers rayons de soleil de l'été. 
qui est Domaine du Nival
Matthieu Beauchemin, son père Denis, ainsi que Fannie Boulanger sont les artisans derrière le travail impeccable de ce vignoble. Pourquoi Nival… Comme la neige (nivis, en latin), pour se rappeler que le destin de la vigne au Québec est intimement lié à l’hiver. Il a toujours été clair pour eux que la mono-culture sur de grandes surfaces était un non-sens d'un point de vue écosystémique. En implantant le vignoble sur une terre vallonneuse, sillonnée de coulées, bordée par une des grandes rivières du sud du Québec et entourée de boisés, ils visaient à ce que les vignes ne représentent qu'une partie d'un tout beaucoup plus grand. Encore aujourd'hui, ils cultivent de petites parcelles, peu propices à la mécanisation excessive. En plus d'avoir proscrit l'utilisation de produits chimiques de synthèse dans le vignoble, ils mettent en oeuvre depuis le tout début plusieurs pratiques biodynamiques. En choisissant de suivre les rythmes intrinsèques de la nature et en s'appliquant à rendre leur sol vivant, ils sont convaincus qu'ils offrent à la vigne tout le nécessaire pour qu'elle produise des raisins d'une qualité exceptionnelle. C'est plus de travail pour les vignerons, mais la vigne le leur rend bien.
+